CAN News Blog

Ce que nous voulons : la Solidarité

Notre collègue Philippin écrit :
Avant de partir au Pérou, j’espérais y découvrir le progrès et l’unité au sein de la COP, surtout étant donné le rôle clé que joue Lima en prévision de Paris. Jusqu’à présent j’ai été déçu et pour couronner le tout, un autre typhon est en train de ravager mon pays natal.
À l’heure où j’écris ces lignes, un million de personne vivent dans des centres d’évacuation et prient pour que leurs maisons et sources de revenu ne soient pas aussi endommagées que l’année dernière. Même si l’on ne connaît pas encore l’étendue des dégâts, on sait qu’il nous faudra encore compter les corps.
Depuis des années, des typhons dévastateurs frappent les Philippines au moment de ces négociations. Et depuis des années, les négociateurs font part leur compassion et de leurs condoléances tout en prenant des mesures nous promettant des phénomènes climatiques toujours plus extrêmes.
Ces négociations climatiques possèdent également un autre aspect pervers : la présence et l’impact systématiques des lobbies pro énergies fossiles. Alors que l’OMS interdit la présence des industriels du tabac lors de leurs meetings, la CCNUCC est toujours engorgée par les intérêts liés aux énergies fossiles. En tant que Philippin, cela me révolte et je me sens insulté.
... Read more ...

Dialogue de haut niveau sur la finance : pitié, plus de palabres !

Au début de la seconde semaine de la COP20, ECO souhaite chaleureusement la bienvenue aux ministres et leur rappelle que l’essentiel pour réussir à Lima est de montrer des progrès sur la finance climatique. Et quelle meilleure opportunité que de faire ça lors de la séance interministérielle mardi ? Le Secrétariat considère la Séance comme une opportunité unique pour les Ministres de souligner que les financements publics abondent et de confirmer leur intention de les augmenter.
Néanmoins, dans l’attente, un certain malaise plane. Les ambitions sont en baisse et l’importance de définir des projections pour atteindre 100 milliards de $ en 2020 semble oubliée. Alors, ici et maintenant, parlons solutions.
Astuce 1 : Créer une feuille de route pour 2020
Une feuille de route financière à 2020 est l’évidence même pour atteindre l’objectif de 100Md$. Cette première étape doit montrer que les financements publics vont non seulement se maintenir, mais augmenter.
Astuce 2 : Simplicité et prévisibilité
Vous l’avez déjà entendu, mais disons-le une fois de plus : les flux financiers doivent être prévisibles pour encourager une action ambitieuse pour le climat. Sans oublier que les pays doivent dire clairement ce qui relève des financements publics ou non.
Astuce 3 : Soyez précis
Les sources de financement ainsi que les canaux et les instruments à déployer doivent être exprimés clairement pour renforcer la confiance.

Atteindre l’objectif mondial d’adaptation

L’idée d’un objectif mondial d’adaptation suscite beaucoup de curiosité. Puisqu’ECO incarne, comme vous le savez, la clarté, voici notre petit guide de cette résolution phare. L’objectif mondial d’adaptation vise à accroître la résilience des populations et des écosystèmes aux impacts des changements climatiques. Les mesures visant à atteindre cet objectif doivent également protéger les droits humains et combattre l’inégalité, qui sont tous deux essentiels à une perspective de développement durable. La voie choisie pour atteindre cet objectif doit être dynamique, prendre en compte la hausse des températures et ses impacts. Grâce à une adaptation et une réduction des risques de catastrophe plus étendues, l’objectif devrait contribuer à minimiser les impacts résiduels et les pertes et dommages.
Voici les principaux objectifs de l’objectif mondial d’adaptation :
1. Ressources financières et techniques suffisantes. L’adaptation est applicable à tous les pays et tous doivent développer des stratégies d’adaptation pour faire face à l’augmentation des risques climatiques. Toutefois, ce sont les pays en développement, et plus particulièrement les pays les plus vulnérables, qui ont désespérément besoin d’un soutien financier et technologique. Les pays développés doivent donc fournir un soutien durable et adapté pour venir compléter le développement constant et les efforts d’adaptation des pays en développement vulnérables.
... Read more ...

Les droits humains dans les MDP (Mécanisme de Développement Propre)

Au mois de juin de cette année, le barrage hydroélectrique de Santa Rita a été approuvé dans le cadre d’un Mécanisme de Développement Propre malgré de graves préoccupations quant au respect des droits de l’homme.

Les communautés de la région de l’Alta Verapaz signalent que l’ensemble des individus consultés sur le projet était en fait des employés du projet. Les demandes de consultations émanant de ceux qui étaient touchés par le projet ont été ignorées par la société. Pire, ce conflit a donné lieu à la violence, et à la mort de deux enfants. En août, la compagnie a répondu par une opération de répression avec plus de 1 500 agents de police, forçant les familles autochtones à se réfugier dans les montagnes.

Une plainte déposée par les communautés locales devrait mener à une enquête en janvier 2015. Les banques de financement sont aussi concernées et étudieront la situation en janvier 2015. Mais les MDP, destinés à promouvoir un développement propre, ne se sent pas concerné.

Pour remédier à cette absence de garanties, le groupe AOSIS, soutenu par l’Ouganda, a proposé d’établir un mécanisme pour répondre aux préoccupations soulevées par ceux qui subissent les projets mis en œuvre. Ce mécanisme est indispensable pour commencer à appliquer la décision de Cancun selon laquelle les parties devraient respecter pleinement les droits de l’Homme dans toutes les actions liées au climat.
... Read more ...

Fossile du jour

Mais quel horrible rêve. La délégation saoudienne semble rêver d’un monde fait d’hommes, sulement d’hommes… et d’un nuage de pollution. Le Fossile du jour de samedi est revenu à l’Arabie Saoudite pour son positionnement fort contre la reconnaissance de l’égalité homme-femme dans les processus de mise en œuvre des négociations. L’UE est aussi tombée en disgrâce en soutenant le retrait de ces éléments.

Eco 5, COP20 Lima Decembre 2014 – Vendredi

Eco banner, 1024x357

Content:

  1. Reste-t-il de la place pour négocier dans les négociations climat ?
  2. L’accord de Paris aura-t-il un côté obscur ?
  3. J’aiiiiiime la comptabilité !
  4. Lima comblera des manques, mais lesquels ?
  5. Le numéro gagnant est… le 5
  6. La société civile pour vous servir
  7. à l’AIE, un air de déjà-vu
  8. IMPORTANT : L’Adaptation dans l’accord de Paris
  9. Les Etoiles sont alignées pour que le Monde prenne des mesures historiques
 … or read this ECO as a pdf

L’accord de Paris aura-t-il un côté sombre ?

Le texte de décision de l’ADP représente un enjeu majeur pour le futur régime climatique. Pour autant, ECO a pour l’instant l’impression que cette partie est cachée dans l’Annexe « Côté Sombre » du texte de décision.
Sans la définition d’éléments communs pour les iNDCs (les contributions nationales) dans l’Annexe de Décision de l’ADP, tout et n’importe quoi pourra, et sera probablement, soumis en début d’année prochaine en tant que contribution à la lutte globale contre les changements climatiques. Recycler un emballage de chewing-gum, ou retenir un pet peut-être ?
Lima a besoin de s’accorder sur des informations communes et complémentaires pour que les iNDCs de chaque Parties puissent être facilement examinées et pour que nous puissions tous comprendre ce qui a été mis sur la table : un réel engagement ou de simples astuces comptables pour masquer l’honteuse inaction.
Ce manque de transparence contribuerait uniquement à réduire d’autant plus la confiance accordée au processus et à initier un terrible précédent pour l’intégrité même de l’accord de Paris.
Hier, lors de la session ADP sur l’atténuation, les Etats-Unis, l’UE, la Suisse et le Japon ont émis ce qui sonnait comme des bruits de soutien à cette question, en promouvant la clarification des éléments.
... Read more ...

J’AIME LA COMPTABILITE!

Chers délégués, à quel point aimez-vous la comptabilité? Nous disposons, au maximum, de mille milliards de tonnes en plus que nous pouvons émettre, alors nous ferions mieux de commencer à compter attentivement si nous voulons éviter une situation dangereuse. Il est grand temps que les Parties sortent leurs casquettes de comptables dans le cadre de l’ADP.

Seules des exigences claires pour le contenu des INDCs rendront possible le comptage des émissions et permettront d’inclure des objectifs d’atténuation transparents, comparables, quantifiables et pluriannuels basés sur des niveaux de référence historiques. Les Parties ayant d’ores et déjà commencé à décider de leurs contributions pour l’accord de Paris, maintenant est le moment idéal pour discuter d’un cadre comptable adéquat. Un programme de travail devrait être établi dans le cadre de l’ADP afin que les pays puissent commencer à réfléchir aux règles comptables qui seront nécessaires dans le monde de l’après-2020, plus complexe et plus chaud.

Les règles comptables doivent également veiller à ce que l’utilisation des marchés internationaux du carbone, dans le cadre d’un nouvel accord, ne remette pas en cause les objectifs d’atténuation. Éviter le double comptage devient particulièrement important si les pays veulent utiliser ces marchés. Par conséquent, seuls les pays ayant un objectif d’atténuation ambitieux, bien en-dessous des scénarios prudents basés sur le statu quo et conforme à l’objectif de 2°C, doivent être admis à participer aux marchés internationaux.
... Read more ...

Lima comblera des manques, mais lesquels ?

De nombreux manques persistent (émissions, ambition, finance…), mais nous avons le regret de vous annoncer que vous en avez sans doute oublié un : l’égalité homme-femme.
C’est l’une des catégories les plus importantes pour déterminer les rôles, les expériences, dans une société. Les inégalités entre les genres existent pour l’accès aux responsabilités, l’éducation, la santé, les salaires…Pour que les solutions climatiques répondent aux besoins des deux genres, et soient efficaces, les décideurs doivent prendre conscience de l’enjeu.
La priorité pour la Présidence de la COP20, indiquée dans le communiqué liminaire, rappelle qu’il faut progresser dans la prise en compte du genre dans les politiques climatiques. Dans le SBI, les délégués négocient un nouveau cadre pour y harmoniser les différences entre les genres. Un accord dans ce domaine permettrait d’avoir une feuille de route avec divers outils, méthodes, y compris en soutien pour les parties, qui ont donné ce mandat.
Des « plans d’action pour l’égalité homme-femme » existent déjà sous la Convention sur la Biodiversité et la Convention de l’ONU contre la Désertification ; ils peuvent donner une idée de ce qui sortira de Lima.
C’est simple : les politiques climatiques auront échoué si elles n’arrivent pas à mettre en œuvre des solutions pour l’égalité et soulignant le rôle des femmes.
... Read more ...

5 est le nombre magique

L’un des éléments les plus importants devant être décidé à Paris, afin d’éviter de nous condamner à un monde à forte émission en carbone jusqu’en 2030, est actuellement absent du projet de décision sur l’ADP.

Les options sur la durée des périodes d’engagement, y compris la proposition-clé de cinq ans, sont à juste titre présentées dans le « non-paper » sur l’ADP. Cependant, l’échéance commune de toute première importance sur une mise en œuvre des contributions nationales (INDCs) d’ici 2025 n’apparaît pas dans l’annexe du projet de décision sur les éléments communs de déclaration sur les INDCs. L’échéance de 2025 doit être intégrée dans le texte de la décision elle-même; le paragraphe 9 pourrait d’ailleurs très bien l’accueillir.
En complément d’éléments de langage sur 2025 et les cycles d’engagement de 5 ans, le texte de la décision devrait également demander au GIEC de produire un rapport d’évaluation tous les 5 ans de manière à fournir l’information la plus à jour pour renseigner chaque cycle d’engagements.
Dans la mesure où les INDCs constituent vraisemblablement la base de la première période d’engagement, l’absence de cet élément commun pourrait conduire à un désordre général qui impacterait négativement les efforts multilatéraux visant à éviter les pires impacts du changement climatique.